Couverture de petits éléments, des ouvrages de plus en plus fiables

L’édition 2017 du Rapport de l’Observatoire de la Qualité de la Construction publié par l’Agence Qualité Construction devrait donner du baume au cœur des professionnels de la couverture quant à l’amélioration de la qualité de leur ouvrage.

Pour s’en convaincre, il faut se reporter au classement des 10 éléments d’ouvrages qui concentrent le plus fort taux de désordres et les coûts de réparation les plus importants durant les trois périodes décennales, de 1995 à 2016.
sinistre2Parmi les désordres constatés sur le maisons individuelles, la qualité des ouvrages de couverture de petits éléments a connu, en effet, une évolution notable. Alors qu’ils occupaient la première place en termes de sinistres, avec un taux de désordres de plus de 12% entre 1995 et 2005, ces ouvrages ont régressé régulièrement et ne représentent plus que 10% des sisnistres constastés alors que, dans le même temps, on observe une poussée assez spectaculaire (de 6,5% à 16,5%) des désordres sur les revêtements de sol intérieur.
Aux progrès observés en termes de qualité des toitures, il faut également ajouter la diminution des coûts de réparation qui  ont également reculé de plus de 2% et régressé ainsi de la troisième à la quatrième place, en terme d’impact économique.
Ces résultats doivent évidemment être relativisés car, aussi modeste soit la baisse de la sinistralité des couvertures, elle porte sur les ouvrages, par nature, les plus vulnérables du bâtiment.