7 bonnes raisons pour installer un écran de sous-toiture

mementoContre quoi les écrans de sous-toiture nous protègent-ils ?

Selon la plupart des dictionnaires, un écran désigne « tout objet interposé qui dissimule ou protège. » Telle est donc aussi la vocation des écrans souples de sous-toiture dont l’installation s’est généralisée depuis une vingtaine d’années sous la couverture de tuiles des toitures traditionnelles. Reste à préciser les menaces contre lesquelles cet écran nous protège.

Les points sensibles de la couverture traditionnelle

La couverture traditionnelle d’un bâtiment est généralement :

• constituée de petits éléments discontinus (tuiles, ardoises…) juxtaposés et ajustés par recouvrement,
• pour former un ou plusieurs pans inclinés joints entre eux par des accessoires (closoir, noue, faîtière) et traversés par des équipements annexes (cheminée, fenêtre de toit…).

Ce type de toiture peut donc laisser passer la neige poudreuse, l’eau, les poussières par les multiples raccords qui la composent. Elle sera d’autant plus exposée à ces intrusions que sa forme est complexe et comporte de nombreuses jonctions qui sont autant de points singuliers délicats à protéger.
L’écran souple de sous-toiture (EST) fixé sous les éléments de couverture, sur un support discontinu (chevrons, fermettes) ou sur un support continu (volige, panneaux, bois…), constitue la seconde ligne de défense générale de la couverture du bâtiment.

Les principales menaces auxquelles il convient de faire écran

neige2neige-comble2La neige poudreuse

La pénétration de neige poudreuse constitue une variante des infiltrations d’eau, avec des effets cependant plus insidieux.
En effet, la consistance et la légèreté de la neige poudreuse favorise son accumulation tant que la température de la sous-toiture ne provoque pas la fonte.
La présence d’un écran de sous-toiture (EST) offre une surface plane et lisse qui limite les dépôts de neige poudreuse, en accélère la fonte et assure le ruissellement de l’eau vers l’égout.

vent2Le vent

pression2Le vent, en soufflant sur une toiture en pente, cause un phénomène de surpression et de dépression de part et d’autre de la couverture.
Dans des conditions extrêmes, ces écarts de pression sont à l’origine de déplacements de tuiles ou d’ardoises. Ils provoquent également un phénomène d’aspiration propice à pénétration d’eau, de neige poudreuse ou de poussières sous la couverture.
La présence d’un écran de sous-toiture (EST) réduit les écarts de pression et les effets d’aspiration entre les éléments de couverture et le support de toiture qu’il s’agisse de combles perdus ou aménagés isolés.

eau2L’eau

Selon l’Agence Qualité Construction, le défaut d’étanchéité à l’eau reste le facteur majeur de désordres dans le bâtiment et c’est la toiture qui est en cause dans près de 20 % de cas.
L’écran de sous-toiture a un rôle majeur à cet égard. C’est pourquoi, la résistance à la pénétration de l’eau est l’un des trois critères de performance normalisée du classement E.S.T. des écrans de sous-toiture. Pour être efficace, un écran de sous-toiture (EST) doit être noté E1 (ou W1) correspondant à la classe d’étanchéité la plus élevée.
egout-ecran2Posé conformément aux règles de l’art, c’est-à-dire, séparé de la sous-face de la couverture par une lame d’air d’au moins 20 mm et correctement raccordé à l’égout, l’écran permet aux infiltrations d’eau résiduelle de s’écouler vers la gouttière
Ainsi mis en œuvre, l’écran protège de l’humidité l’ensemble de la sous-toiture et, notamment, l’isolant installé dans les combles aménagés.
Sans écran, les infiltrations auraient des conséquences néfastes :
• Dans un premier temps, l’eau pénètre l’isolant en profondeur et réduit ses performances thermiques ;
• L’humidité persistante de l’isolant se diffuse à l’ensemble des matériaux proches (charpentes, solives…) qui se détériorent lentement ;
• À terme, tous les éléments imprégnés d’humidité favorisent le développement de moisissures et autres micro-organismes nocifs pour l’air ambiant.

air2L’air

Les exigences de performance thermique de plus en plus contraignantes pour les constructions neuves et pour l’obtention des aides à la rénovation ne peuvent être atteintes que par la maîtrise des flux d’air dans le bâtiment.
En tant que fluide, l’air est le principal vecteur du froid, de la vapeur d’eau et des poussières… Autant de nuisances potentielles qu’il importe de canaliser en assurant une bonne étanchéité à l’air dans les partie les plus exposées de l’enveloppe comme la toiture, et en favorisant, par ailleurs, la circulation de l’air à travers les gaines et les zones de ventilation dédiées.
L’installation d’un écran souple de sous-toiture étanche à l’air est un préalable à cet égard car il limite les déperditions énergétiques et permet, d’autre part, de mettre en œuvre différentes solutions pour ventiler la sous-toiture.

vapeur2La vapeur d’eau

Ventilation et étanchéité vont de paire ! C’est un évidence si l’on considère qu’une famille de trois personnes émet, chaque jour, environ 18 litres de vapeur d’eau dans son habitat. Le système d’étanchéité à l’air doit permettre l’évacuation de la vapeur d’eau et éviter les phénomènes de condensation.
La condensation apparaît lorsque l’air ne peut plus stocker de vapeur d’eau. Mais ce niveau de saturation dépend de la température : plus l’air est froid, moins il stocke la vapeur d’eau ! La condensation a donc tendance à se former sur les surfaces les plus froides de l’habitat, à une température variable qu’on appelle « le point de rosée ».
L’étanchéité des parois constitue, par ailleurs, un facteur aggravant en l’absence de circuit d’évacuation de l’air humide : c’est l’effet « bouteille thermos ».
Deux dispositifs permettent de réguler ces phénomènes suivant le type types d’écrans de sous-toiture utilisé :
2lamesSolution 1 : Ventiler la sous-face des écrans non respirant (imperméable à la vapeur d’eau) :
• une seconde lame d’air de 2 cm de hauteur doit être ménagée en sous-face de l’écran au-dessus de l’isolant ;
• l’écran et son éventuel support continu doit être interrompu au faîtage pour assurer la circulation et l’évacuation de l’air ;
• il faut ménager des ouvertures complémentaires suffisantes (chatière, closoir, égout…) pour ventiler la lame d’air supérieure ménagée entre l’écran et la toiture.
HPV-lame3Solution 2 : Opter pour un écran souple dit « respirant » ou HPV (à Haute Perméabilité à la Vapeur d’eau) :
• ce type d’écran se pose directement sur l’isolant sans ventilation en sous-face ;
• il peut être continu c’est-à-dire fermé au faîtage et aux arêtiers ;
• la présence d’un écran pare-vapeur est indispensable à l’intérieur, côté combles.

La valeur Sd qui permet d’apprécier la perméance des matériaux est le second critère normalisé pris en considération dans classement E.S.T. des performances des écrans de sous-toiture.
A quoi correspond la valeur Sd ?

La valeur Sd d’un matériau mesure sa résistance à la diffusion de vapeur. Elle exprime l’épaisseur (en mètre) d’une couche d’air ayant la même perméance que le matériau considéré. Plus sa valeur Sd est proche de 0 plus il est perméant et inversement.
Ainsi un écran HPV se caractérise par le classement Sd1, c’est à dire < 10 cm.
ligne-trans

poussieres2polluantsLes polluants

Outre la vapeur d’eau, l’air est également le vecteur de nombreuses particules polluantes, plus ou moins nocives. Des épisodes climatiques de plus en plus fréquents mettent d’ailleurs en évidence les concentrations excessives de micro-particules dans l’air des agglomérations – émissions automobiles, suies – auxquelles s’ajoutent nombreux d’allergènes, dont les pollens…
Sous l’effet du vent, ces particules polluantes peuvent s’infiltrer par les interstices de la toiture et les ouvertures destinées à la ventilation et contaminer l’air ambiant.
Sur ce point encore, l’écran de sous-toiture constitue une barrière efficace qui contribue à préserver la qualité de l’air intérieur.

nuisibles2insecteLes nuisibles

Dernière plaie évitée par la présence d’un écran de sous-toiture, les différents nuisibles susceptibles d’élire domicile dans les combles et constituent un risque aussi bien pour la santé de l’homme qu’un danger pour l’habitation de celui-ci.
• Les rongeurs transmettent par leurs excréments, des germes pathogènes. Dans le même temps, ils peuvent à l’origine de dégâts matériels en se nichant dans les matériaux isolants comme le laine de verre, le polystyrène ou en rongeant le bois.
• Parmi les insectes, les guêpes ont tendance bâtir leur nid près des charpentes qui sont menacées, par ailleurs, par les xylophages.